Accueil 9 Jeunes chevaux 9 La récupération des jeunes chevaux de course

Les jeunes chevaux n’ont pas les mêmes schémas de récupération que les chevaux plus âgés. C’est le cas même pour un travail à intensité égale entre deux chevaux ayant un fitness équivalent. En effet, les jeunes chevaux ont un cœur moins performant et doivent adapter leur système musculaire et neurologique aux conditions d’entraînements. Ils ont besoin d’un temps d’adaptation avant d’avoir une récupération correcte. L‘évaluation de la récupération des jeunes chevaux s’effectue donc différemment.

En quoi les données de récupération diffèrent-elles entre les jeunes chevaux et les chevaux adultes ?

1. Le mécanisme de récupération des jeunes chevaux de course

Le cœur des jeunes chevaux est d’abord moins performant. Quand bien même le système cardiovasculaire peut s’adapter en six semaines, leur système musculaire et neurologique nécessitent plus de temps pour assimiler les conditions d’entraînements (travail intense, cavalier sur le dos, cadence élevée…). 

Généralement chez les jeunes chevaux, on observe des fréquences cardiaques très élevées tant à l’effort qu’à la récupération. L’analyse de la récupération après l’effort ou à 15 minutes n’est, par conséquent, pas la donnée la plus pertinente pour évaluer l’effort ou l’intensité du travail d’un jeune cheval. Elle ne reflète pas non plus forcément l’adaptation ou la progression du cheval.

On obtient souvent des données surprenantes avec les jeunes chevaux. Il est important de prendre du recul quant à l’analyse de leurs données. En effet, ils évoluent dans des environnements nouveaux et découvrent de nouvelles choses, ils sont ainsi plus facilement excités. Il est important d’instaurer une routine et de les exposer à différents éléments extérieurs (voitures, bruits, personnes…) avant de tirer des conclusions hâtives.

2. Les données de récupération des jeunes chevaux de course

Pour évaluer l’effort des jeunes chevaux, une autre variable est plus pertinente : le temps nécessaire pour que le cœur redescende à 120 BPM. Cette variable est un bon indicateur de l’intensité de l’effort et de la récupération, d’autant plus intéressante qu’elle s’applique à tous les chevaux, peu importe leur fréquence cardiaque maximale.

Exemple – Arion I

Sur cet exemple, on constate que la récupération rapide n’est pas atteinte : en effet, ce jeune cheval ne descend pas sous le palier moyen. Cependant, plus bas, on retrouve le temps nécessaire pour redescendre à 120 BPM qui est aussi un indicateur de récupération. Celui-ci donne une indication de temps, contrairement à la récupération rapide qui se mesure en BPM après l’effort.

Comparaison données de FC après l'effort de temps pour redescendre à 120 BPM

Données issues de la plateforme EQUIMETRE 

Ainsi, le temps pour redescendre à 120 BPM est un paramètre de récupération qu’il peut être intéressant de regarder chez les jeunes chevaux de course.

Exemple – Arion II

Sur l’exemple ci-dessous, Arion II est un cheval ayant une fréquence cardiaque maximale très basse de 210 BPM. Quand on regarde la récupération rapide, on peut voir qu’il n’y a pas énormément de variation. Cependant, quand on s’intéresse au temps pour redescendre à 120 BPM, on peut voir que les données fluctuent beaucoup plus. En effet, il a mis 245 secondes à récupérer pour l’exercice d’intensité élevée du 8 mars, et beaucoup moins de temps pour les travaux suivants.

Comparaison variation des données de FC et du temps pour redescendre à 120 BPM

Données issues de la plateforme EQUIMETRE 

Ainsi, le temps pour redescendre à 120 BPM permet de mieux refléter l’intensité du travail et le fitness des jeunes chevaux.

Exemple – Arion III

Ce cheval a effectué un dernier travail avant d’aller en breeze up : les données de cet entraînement sont encadrées sur l’image. On peut voir que le temps pour redescendre à 120 BPM a été très long et on peut en déduire que le travail a été assez stressant pour lui. En revanche, si on regarde les données de récupération et qu’on les compare avec ses autres entraînements, elles restent autour de la moyenne et la fréquence cardiaque après l’effort n’est pas significativement plus haute que lors des autres entraînements.

Données de fréquence cardiaque normales mais temps pour redescendre à 120 BPM élévé

Données issues de la plateforme EQUIMETRE 

Ainsi, on décèle beaucoup plus les variations de récupération grâce au temps pour redescendre à 120 BPM qu’aux données de fréquence cardiaque chez les jeunes chevaux de course. 

Conclusion

La récupération rapide et la fréquence cardiaque après 15 minutes ne sont pas des mesures très pertinentes chez les jeunes chevaux. En effet, au cours de leurs premières semaines d’entraînement, ils sont confrontés à de nouveaux paramètres :  le nouvel environnement, la nouvelle routine, le poids du cavalier mais aussi l’adaptation de leur foulées (en cadence et amplitude). La récupération rapide et la fréquence cardiaque après 15 minutes se mesurant en BPM et non en temps sont donc biaisées par l’environnement dans lequel le jeune cheval évolue. L’analyse des variations du temps pour revenir à 120 BPM est donc plus cohérente afin d’évaluer leur fitness.

Mots-clés : récupération des jeunes chevaux de course, fréquence cardiaque, récupération rapide, temps pour redescendre à 120 BPM