Entraîner ses chevaux de course sur tapis roulant : quels bénéfices ?

Fév 2, 2022 | Entraînement

avantages de l'entraînement chevaux de course sur tapis roulantges of the treadmill in training racehorses
Accueil 9 Entraînement 9 Entraîner ses chevaux de course sur tapis roulant : quels bénéfices ?

Historiquement, le tapis roulant est utilisé dans le domaine scientifique puisqu’il permet d’analyser la locomotion des chevaux de manière précise et d’adapter les exercices. C’est en effet un outil de prédilection pour les vétérinaires et les chercheursDepuis quelques années, cet objet fait son apparition dans le quotidien de certains entraîneurs : il devient un outil complémentaire dans l’entraînement des chevaux de course. 

L’entraînement sur tapis roulant a-t-il des conséquences sur le développement physiologique du cheval, sur ses performances ou sur ses capacités ? 

Quel est l’impact de l’entraînement sur tapis roulant pour les chevaux de course et leurs performances ? 

Selon Mike de Kock, un entraîneur de haut-niveau, « Lorsque votre cheval n’a pas la lignée ou les capacités de son adversaire, la forme physique est le seul domaine dans lequel vous pouvez le battre. Les tapis de course vous permettent d’obtenir cette forme physique supplémentaire et l’avantage concurrentiel. » 

L’entraînement sur tapis roulant peut avoir des bénéfices en termes de fitness, de récupération et de musculation. Tout comme c’est le cas pour l’Homme, le cheval fournit moins d’effort sur tapis roulant. En effet, l’exercice sur tapis roulant est moins coûteux en énergie car les conditions de travail y sont moins rudes (pas de cavalier, pas de problématiques de sol). Cette différence en dépense énergétique permet au cheval de s’exercer à des vitesses plus élevées que sur la piste, tout en générant les mêmes contraintes métaboliques. Ainsi, il est possible de paramétrer l’entraînement afin d’améliorer l’endurance, la vitesse ou les capacités physiologiques du cheval.

Étude scientifique : amélioration de la vitesse et des capacités aérobies 

Une étude  réalisée par Matsui A, Hada T et Jones J et publiée dans l’Acta Veterinaria Scandinavica s’est intéressée aux conséquences de l’entraînement sur tapis roulant. Lors de cette étude, 12 pur-sangs séparés en 3 groupes ont suivi 3 programmes d’entraînement différents :   

  • Le groupe 1 n’a été entraîné que sous la selle de manière classique 
  • Le groupe 2 avait, en plus de son entraînement sous la selle, un entraînement sur tapis roulant une fois par semaine pendant deux mois
  • Le groupe 3 avait, en plus de son entraînement sous la selle, un entraînement sur tapis roulant une fois par semaine pendant huit mois

À la fin de cette expérience, on constate une augmentation de la capacité aérobie et de la vitesse maximale chez tous les chevaux, ainsi qu’une diminution de la fréquence cardiaque dans tous les groupes. En effet, l’entraînement (quel qu’il soit) permet la progression des chevaux et l’évolution de leurs aptitudes physiques. 

Cependant, on remarque une nette différence d’évolution dans le dernier groupe, s’étant entraîné sous la selle et sur tapis pendant huit mois. Les chevaux de ce groupe ont développé davantage leur puissance métabolique, leur capacité aérobie ainsi que leur concentration en transport d’oxygène dans leur organisme (cellules rouges, hémoglobines). Par exemple, la vitesse de course pour atteindre la VO2max (quantité d’oxygène consommée pendant l’effort) était plus grande pour les deux derniers groupes, avec une vitesse de 764 m/s pour le groupe 1 ; de 809 m/s pour le groupe 2 et de 804 m/s pour le groupe 3. Cependant, malgré des vitesses presque identiques chez les deux derniers groupes, la VO2max du groupe 3 était 8,86% plus élevée. 

L’entraînement sur tapis roulant : de multiples avantages pour les chevaux de course 

L’entraînement sur tapis roulant, en plus des avantages physiologiques qu’il offre dans le développement des chevaux de course, présente des bénéfices dans son utilisation. En effet, il permet un entraînement différent et multiplie ainsi les possibilités d’exercice. 

Un entraînement sans contrainte de sol ou de météo 

Le tapis roulant offre comme premier avantage d’être constitué d’une surface lisse qui amortie les chocs, en plus de pouvoir s’utiliser en intérieur ou dans un coin abrité. C’est, de ce fait, une excellente alternative pour maintenir l’entraînement dans des conditions de sécurité optimales malgré un mauvais sol ou une météo contraignante. 

Un entraînement individualisé 

De plus, le tapis roulant propose une multitude de réglages d’inclinaison ou de vitesse. Grâce à ces paramètres, l’entraîneur peut contrôler les effets de son entraînement, créer des programmes précis selon les groupes musculaires ciblés et individualiser l’entraînement afin de répondre spécifiquement aux besoins de chaque cheval. Par exemple, l’inclinaison du tapis permet de travailler le développement musculaire des membres postérieurs puisque ces réglages obligent les membres postérieurs à porter plus de poids et à fournir une plus grande propulsion. 

Des tests standardisés à l’effort 

Le tapis roulant est également un outil utile dans la réalisation de tests à l’effort standardisés. Les réglages du tapis roulant ne permettent pas seulement d’individualiser les entraînements, ils permettent également de les uniformiser en alignant les conditions d’efforts des chevaux. Il est alors plus facile de comparer les capacités de ses chevaux de manière objective. 

De l’exercice sans cavalier

Le tapis roulant offre un dernier avantage, qui est celui d’entraîner ses chevaux sans qu’ils aient de cavalier sur leur dos. Ces conditions peuvent s’avérer optimales pour les jeunes chevaux dont la croissance n’est pas encore terminée. En effet, ils sont dans des dispositions idéales pour progresser sans être soumis à une charge sur leur dos, ce qui libère également la charge sur leurs jambes.

Quelles sont les limites de l’entraînement sur tapis roulant ? 

Dans l’étude précédente, force est de constater que l’entraînement sur tapis roulant n’était qu’un complément à l’entraînement sous la selle. En effet, si cet outil permet une progression des chevaux et une variation dans le travail, il n’est pas suffisant pour entraîner un cheval aux conditions spécifiques des courses. 

L’entraînement sur tapis ne conditionne pas les chevaux aux courses 

Le travail sur tapis diffère de la réalité des courses où de nombreux facteurs entrent en compte dans la performance du cheval, comme la qualité des sols, la météo, les concurrents, le jockey ou driver… L’entraînement sur les pistes est, de ce fait, plus pertinent en termes de données et de performance puisqu’il se rapproche des vraies conditions de course. 

Une locomotion différente 

De plus, des études montrent que la locomotion diffère sur tapis roulant. En effet, la locomotion du cheval est moins naturelle puisqu’elle est provoquée par les mouvements du tapis. La durée de contact des membres avec le sol est plus longue, et la période de suspension est réduite par rapport à l’exercice sur piste. Ainsi, il faut prendre du recul quant aux données recueillis lors des entraînements sur tapis roulant. Bien qu’ils puissent être le reflet d’une certaine progression, ils ne sont pas comparable à l’entraînement sur piste. Le transfert des données du tapis roulant à une situation spéciale sur le sol doit être fait avec la prudence appropriée.

Coût en temps et en argent 

Enfin, les tapis roulant ont un coût important et ne sont pas accessibles à tout le monde. De plus, on ne peut qu’entraîner un cheval à la fois sur un tapis roulant, à l’inverse de l’entraînement sur piste où l’on peut entraîner les chevaux par lot. Ainsi, beaucoup des avantages du tapis roulant demande un investissement en temps (avoir le temps d’individualiser l’entraînement) et en argent (prix du tapis).

Conclusion

Finalement, l’entraînement sur tapis roulant peut s’avérer bénéfique grâce aux multiples possibilités que cet outil offre. Cependant, il ne peut qu’être un complément dans l’entraînement des chevaux de course. En effet, si le tapis roulant peut être remplacé par l’entraînement sur piste, l’inverse n’est pas possible. 

Sources :  

  • OLDRUITENBORGH-OOSTERBAAN, M., BARNEVELD, A. and SCHAMHARDT, H., 2010. Effects of weight and riding on workload and locomotion during treadmill exercise. Equine Veterinary Journal, 27(S18), pp.413-417.
  • Ohmura, H., Matsui, A., Hada, T. and Jones, J., 2013. Physiological responses of young thoroughbred horses to intermittent high-intensity treadmill training. Acta Veterinaria Scandinavica, 55(1).
  • Buchner, H., Savelberg, H., Schamhardt, H., Merkens, H. and Barneveld, A., 1994. Kinematics of treadmill versus overground locomotion in horses. Veterinary Quarterly, 16(sup2), pp.87-90.
  • Orange, F., Degueurce, C., Pourcelot, P. and Denoix, J., 1995. Comparaison de la Locomotion du Cheval Sur Tapis Roulant et Sur Piste. Archives of Physiology and Biochemistry, 103(3), pp.C162-C162.

Mots-clés : tapis roulant, chevaux de course, entraînement, capacités physiologiques, aérobie, avantages, limites