Home 9 Data & sport 9 Equimetre : comment fonctionne ce boîtier noir ?

Cardiofréquencemètre, accéléromètre, centrale inertielle, GPS… ces termes vous parlent ? Lorsque l’on s’intéresse à la sport science, et plus particulièrement à comment fonctionne les nouvelles technologies qui permettent de collecter les données nécessaires, il est très facile de se perdre parmi tous ces termes techniques. 

Collecter et analyser des données est une chose, comprendre comment fonctionne la machine qui les collecte et les traite en est une autre. Grâce à Thomas Buisson, directeur technique chez Arioneo, nous vous ouvrons les portes de notre petit boitier noir. Quel est le secret de ce boitier noir capable de mesurer des données sur vos chevaux de course afin de calculer plus de 300 paramètres dédiés au management de la santé et de la performance ?

Comment concevoir un tel produit ? Quelles sont les différentes étapes de développement ? Quelles sont les spécificités ?

Un cahier des charges bien rempli

Nul doute que toute personne familière au milieu hippique connaît les challenges auxquels doivent faire face les marques et producteurs du secteur dans le développement de produits équins. 

Développer les premières électrodes conçues uniquement pour les chevaux

1 an. C’est le temps qu’il a fallu pour concevoir les premières électrodes brevetées uniquement dédiées à la mesure de la fréquence cardiaque d’un cheval. Nos électrodes sont constituées de picots et d’une mousse. Les picots permettent de traverser les poils, et la mousse permet d’accumuler la transpiration du cheval afin d’améliorer la conductivité de l’électrode. Généralement, en clinique par exemple, les vétérinaires utilisent un gel afin d’améliorer la conductivité. Il était cependant impensable de demander cela dans la routine d’entraînement d’un cheval de course !

equimetre

Signal ECG embarqué, enregistré avec Equimetre

La robustesse mécanique

Le premier challenge concerne la robustesse du produit. Le secteur équin est un milieu agricole, faisant intervenir des chevaux de plus de 500kg, au cœur de l’action permanente des va-et-vients d’une matinée d’entraînement au sein d’une écurie de course. Dans un secteur où généralement le cuir et le métal ont le dernier mot, c’est avec le plastique et l’électronique que doit être développé le capteur Equimetre. C’est de ce challenge mécanique qu’est née la première version de notre boîtier, qui en réalité n’était pas noire mais…. rouge !

Ne pas blesser le cheval

Sans aucun doute la plus importante des charges lors de la conception et le développement du capteur. Destiné à améliorer le suivi de la santé des chevaux, il est impensable d’imaginer notre capteur comme dangereux lors de son utilisation. Le choix des matériaux représente le premier élément dans la réduction du risque de blessure lié au capteur. Lorsqu’ils sont au contact de la peau du cheval, seuls des matériaux mous sont utilisés. Ainsi, le caoutchouc et/ou la résine flexible sont privilégiés.

Les électrodes sont larges, notamment celle au niveau de la sangle, afin que cela soit confortable et que l’électrode épouse la forme du cheval. Cette largeur permet de mieux répartir le niveau de pression.

equimetre

Les bords du capteur sont arrondis, afin de ne pas pincer ni blesser le cheval. 

Cette partie a pour objectif de décaler le capteur vers la droite, afin de le maintenir en place sur la sangle et éviter que ce dernier ne se déporte sur la gauche. Cela protège l’épaule du cheval.

equimetre

Être précis

Le cheval de course est un athlète hors norme. Ainsi, pour monitorer son entraînement il était essentiel de proposer un produit précis, et validé scientifiquement. C’est dans cette quête de précision qu’est développé Equimetre. 

L’intérieur d’un EQUIMETRE

Passons maintenant à la question centrale de cet article : de quoi est composé ce petit boîtier noir ?

  • Une batterie 
  • Une carte mémoire, pour enregistrer toutes les données de l’entraînement, sans avoir à les synchroniser entre chaque cheval.
  • Une centrale inertielle – Dans l’Equimetre, il y a un accéléromètre 3 axes et un gyroscope 3 axes. Cela permet de mesurer l’accélération et la vitesse de rotation du boîtier dans toutes les directions. Ces informations sont utilisées pour évaluer l’allure à laquelle le cheval se déplace grâce à l’intelligence artificielle et la fréquence des foulées.  
  • Un GPS –  L’Equimetre contient un module GNSS. Ce dernier reçoit les signaux de satellites de 4 constellations : GPS (américain), Glonass (Russe), Galileo (européen) et Beidou (Chine). Ces signaux servent à calculer la position de l’Equimetre en temps réel. La précision de position dépend du module GNSS, des conditions atmosphériques, de la présence de bâtiments, du nombre de satellites visibles… Un minimum de 4 satellites est nécessaire pour obtenir une position, et plus le nombre de satellites augmente, plus la précision augmente. 

Sur la plateforme, cela nous permet d’obtenir une carte géographique avec les données du cheval :

equimetre
  • Une antenne RFID – Cette antenne RFID (Radio Frequency Identification) est l’élément qui effectue la reconnaissance de la puce vétérinaire de votre cheval. Le lecteur émet un signal auquel répond l’étiquette (comprise dans la puce). C’est ainsi que peut s’effectuer une identification numérique pour les puces RFID.  
equimetre

Quelles perspectives d’avenir pour Equimetre ?

Conscients que le monde est en perpétuelle évolution, nos équipes ne se sont pas arrêtées à la première version d’Equimetre.  En effet, dans une optique d’innovation continue, une version 2.0 du capteur a été conçue. 

Cette nouvelle version du boîtier est actuellement en cours de test !

Plus petite et plus robuste, elle répond à de nombreux challenges quotidiens du monde des courses. 

À présent, Equimetre n’a plus aucun secret pour vous !

Mots-clés : capteur, equimetre, composants, data, solution, performance, santé